Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Wilhelm Leonide Von Goldmund III Jr.

Wilhelm Leonide Von Goldmund III Jr.

Aristocratie du Vide & Sciences Exactes de l'Echec

Top articles

  • Les Annales de Lise

    14 mars 2013

    L’aube des firmaments au fond de moi dormait, Cristal ne se montrant plus qu’à l’aventureux, Et sous les nuées dressées de requins camaïeux, Je peinais à songer au vide qui me plombait Désaxé purulent au regard fugace, J’avançais en aveugle sur des lames...

  • Et de loin en loin... j'oublie ton visage...

    13 mars 2013

    Les amitiés chauffées au rouge, saignées à mort, palpitent une dernière fois autour de toi. Et de loin en loin tu oublies ces visages trop proches pour être clairement définis. Tu oublies en masse. Pisse. Tu te noies dans leurs crachats, tu abondes en...

  • Et ces amants se chuchotent...

    13 mars 2013

    Et ces amants se chuchotent, regards en biais, et s’infusent la trouillote de se voir désenclavés. Comme ils sont tristes, sous la pluie, quand Il s’abrite sous son journal et qu’Elle ouvre son sacro-saint parapluie pour ne pas tacher de cris d’ombre...

  • Opposite Islands

    24 avril 2014

    Et dire que nous croyions nous perdre dans les circonvolutions bovines des autres... les doutes, les affres des circonstances, le S.T.O., sinon ça ne roule pas droit, ça tangue et ça dérange les chartes, les conventions et les législations. Branle-bas...

  • Réapprendre à Exister

    10 mars 2014

    Après le tumulte nu des chevaux en partance... Après les murs zébrés de fissures intestines... Après les chimies borgnes imposées par l'outrance... Après les amours niées des gitanes citadines... Après ta Folie douce et mon Désespoir mat... Après nos...

  • Le Rouge Est Mis

    15 août 2014

    Agrafés à leurs cols imperméables, Ils promènent sous les lampadaires leurs petits cartons bleus, ces panonceaux obligés et obligatoires qui trônent devant leurs abats-têtes. Ils sont parés pour leur sacro-saint carrousel dégénéré, leur infâme folie masturbatoire...

  • Les Versets Phalliques

    16 août 2014

    A la 25ème D.B. Elle savait le pas des couleuvres Connaissait l’ivresse sans la gnôle Repoussait l’escalier du vice Où je me vautrais, complaisant Elle maîtrisait de ces torpeurs Et de ces silences assassins Qui répandaient dans l’atmosphère Des déchirures...

  • Mes Succès Damnés

    27 août 2014

    Las, mes succès damnés se suivent et se ressemblent Telles de vieilles semelles ils avancent à ma place Là mes succédanés, ce chœur des amants lasse Le pauvre échalas qui entre ses murs gris tremble Introspection fébrile dans les rues habituelles Foin...

  • Le Bazar de l'Equivoque

    29 juin 2013

    C’est dans ces marécages-là que je t’enterre, et c’est là que tu me souris enfin. Enterrée jusqu’aux oreilles, le souffle court, le rictus badin, tu me fais face. Fer blanc qui rythme le tumulte pesant des heures gourdes d’où ne s’échappe qu’un entrefilet...

  • Le Hangar aux Livres

    14 juillet 2013

    Je suis dans une forêt avec de vagues connaissances. J'ai la caméra autour du cou et je m'apprête à filmer les arbres, mais le temps se gâte soudainement. Nous-nous éparpillons tous dans les bois, courant sous une pluie torrentielle. Je me réfugie dans...

  • Chambre 9104, Pavillon Lacan (à Sandrine)

    14 juillet 2013

    On reconnaît à un "bon poète" qu’il ne laisse aucune descendance, hormis des piles de cahiers contrariés. Pour le véritable poète auto-promulgué, seuls comptent les poèmes qu’il n’a pas encore écrits, mais dont il a rêvé. J’aime cette sensation vacillante...

  • Quand...

    14 juillet 2013

    Quand tu me prenais par la main, dans la rue, on aurait cru un oisillon se réfugiant dans la charpie. Quand tu me renvoyais un rire cynique, ça frisottait ma perfidie. Quand tu me rejetais, les soirs où la lune aurait éclairé même les brancards, tu te...

  • Contraint et Forcé, Contrit et Forçat

    13 juillet 2013

    Je plie la transversale et indique aux humeurs qui me gouvernent la ligne à ne pas suivre : théâtre en décomposition, postiche éternellement de traviole, chieur de pattes de mouchettes, séminariste gelé apprivoisant la décadence, patriarche de mariages...

  • La Déclinaison Paradante

    14 juillet 2013

    Être vénéneux pour autrui, c’est tout ce qui prime. Mes descendants sont morts en même temps que mes parents : j’évolue seul désormais, le cul fardé de pathos anémique, le filon farci de pustules cyclopéennes, la nuque moite et rêche sous la caresse du...

  • L'Alphabet des Mésanges

    13 juillet 2013

    Chagrin des saules au bouleau poivré, les pendus dégoulinent et le ru frétille, les crottins crépitent au soleil, clignant son marasme. Dans les grandes herbes encore poissées d’ondée, l’adolescence s’écroule, vaincue par les déclinaisons et la perte...

  • Je ne l'ai pas tuée, c'est elle qui est morte en moi...

    28 juin 2013

    Je ne peux éteindre en moi le feu destructeur de la moisson à venir, ce venin dantesque qui turlupine mes vicissitudes avec dans l’apprêté les sanglots du manque et la trahison majuscule que je fais à l’ordre de la vie en prostituant mon âme pour quelques...

  • La Mécanique du Malheur

    11 juillet 2013

    Lire sur tes lèvres la diffusion de mon être. Le refus de la dissolution dans le mainstream barbant. Quête de ton trésor interne, sous la graisse et les pores… même et surtout en sachant que rien n’existe ici-bas. Je lis en toi tant de mièvreries resucées...

  • De l'Avantage d'être Médiocre

    11 juillet 2013

    Je t’uppercute de ma clé d’Ut, je te soulage de tuer sans gage, Je te saoule de mes gavages, je te percute l’occiput… sale pute ! J’enrage et mute, puis je t’engage à suppurer ta purée des suées que permutent les quolibets des coquelicots, les asticots...

  • Epuration d'une vision...

    28 juin 2013

    Je distingue tes cendres sur le mur. Des fruits confits pendent avec un rougeoiement collant n’appartenant qu’à cette moiteur de saison… ou à ce museau sucré du présent qui te nimbe à merveille dans le vermillon le plus éclatant. Tu es brillante comme...

  • Disease

    07 juillet 2013

    Il avait les veines frelatées. Elle, la désespérance des ans. Dans un coin de buisson complice ils se sont aimés puis laissés, Mais la parade aux nuits terriennes se trouve bel et bien dans les nuées, Et dans leurs sacoches ils n’avaient que de la poussière...

  • C'était une fille pas comme les autres...

    06 juillet 2013

    C’était une fille pas comme les autres… Elle gardait les poils sous les bras Elle ne quittait pas sa parka Quand l’été grondait ses stratus Elle avait une piaule à dix sous Sous les toits, on voyait ses poux Grignoter son froc, et la teigne Descendre...

  • A Celle qui sait (tes yeux, à une absente inconnue)

    06 juillet 2013

    Tes yeux sont comme des cafards oubliés, Comme des orties poussant à l’envers, J’y ai gagné de l’inertie à rebours. Tes yeux, lorsqu’on se voit dedans On imagine l’envers du décor, le porte à porte mental : Prête à poster son ombilic contre une carte...

  • Être au Chevet de l'Hiver

    04 juillet 2013

    J’ai manqué ma vie. Alors je suis revenu une seconde fois. Un peu plus longtemps, j’ai tenu deux minutes trente-six la tête dehors. Bon an, mal an, j’ai retenté l’expérience... mais vingt ans plus tard, cette fois-ci. J’ai aperçu deux trois trucs intéressants,...

  • Massive Arnaque

    03 juillet 2013

    A tout Commencement... il y a un Point de Chute. Un « poète » est un être qui est parvenu à deviner l’Amour... mais qui a pris conscience qu’il ne pourra jamais l’atteindre. Être sérieux, c’est mourir un peu : que vive la Dérision ! Être écrivain, c’est...

  • L'Escalator du Dérisoire

    03 juillet 2013

    Les docteurs méditent leurs stylos syndiqués, les serveuses regardent les assiettes et non les visages, de peur de trop reconnaître l’humain embouteillé. Des yeux noisette perçant une fausse blondeur mal foutue, le tablier rachitique, la bouille crevée,...

1 2 3 4 > >>