Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Wilhelm Leonide Von Goldmund III Jr.

Wilhelm Leonide Von Goldmund III Jr.

Aristocratie du Vide & Sciences Exactes de l'Echec

Publié le par Wilhelm Leonide Von Goldmund
Le Sentier de la Guerre

Sur le sentier de la guerre, ils ont la foudre pour toute semence.

Elle se dénude de son aura et se balade dans le brouillard,

Comme une trace gluante de confus abîmé.

C’est la foi, nous dit-on. C’est le bien des poètes et la clé déraison.

Continue, me dit-elle, suspend à tes bretelles des conglomérats-rouilles.

Fais des enfants à ta petite damoiselle squelette.

Emmène vadrouiller ta cervelle dans des pentes à pic de cendres.

Tu brûles, scélérat. Tu t’exécutes, agneau béat, pour un festin recommandé.

Ta joue pue le sacrifice et le serment des constellations.

Tu te pourris, pauvre avorton, de la maladie des trop vifs.

Tu étais sage dans le loin jaune et son jardin miraculé.

Tu étais droit dans la prairie, soutenu par ton noisetier,

Déjà suspendu à cette liane que tu peinais tant à lâcher.

Dans ta petite sacoche de vert, tu prélevais la vie des autres,

Ces enfants nus dans la machine qui comptinaient le temps perdu.

C’était toi ? Non. C’était une pousse de frein dans sa cosse extra-fine.

Mange, petit gigot, bouffe ta vie d’aspirine sans même une gorgée d'air.

Plonge dans la fournaise, et emmène en galère

Ta compagne menue, transparente estropiée,

Qui hurle ta trahison tout en bas du sentier.

Le sentier de la Guerre est celui de l’Amour.

Emprunté à tâtons, il te coulera toujours…

Commenter cet article