Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Wilhelm Leonide Von Goldmund III Jr.

Wilhelm Leonide Von Goldmund III Jr.

Aristocratie du Vide & Sciences Exactes de l'Echec

Publié le par Wilhelm Leonide Von Goldmund
La Petite Marchande de Rêves

Tu te tiens là, dans mon dédale.

Tu es debout à en faire peur.

Tu vends tes rêves aux revenants.

Tu offres ton sein nimbé de songes.

Tu donnes le sein... et ils s’allongent...

Moi, l’arraché, je te contemple,

Ma besace noire battant mon flanc.

Tu vends tes rêves au plus offrant.

Je m’offre, moi... allez, regarde !

Je m’offre, moi... pitié... prends garde !

Je ne promets rien à personne,

Je perdure de négation.

Et toi l’alouette fraîche de « Non »,

Qui est tronquée par un comptoir...

Qui est tronquée par tant d’espoir...

Je t’aime, comme toutes les autres,

Ces flammes découpées de hasard,

Qui le temps d’un cil fleuri,

M’inondent d’un soleil hagard.

M’inondent d’un roman de gare...

Je ne sais pas ce que tu penses,

Encore moins ce que tu vis.

Mais j’imagine dans ma romance

Rafistolée que tu me fuis.

Ma rafistolée, je t’ennuie...

Je te baptise de mon tourment,

Et je te tire le rideau bleu.

Sur la petite piste de foire,

L’étranglement plisse mes cieux.

Ton étrangeté froisse mes yeux...

Je ne te le dirai jamais...

Les mots sont bien trop volatiles.

Tu trôneras sans majesté,

Dans mon beau tombeau d’amours vides.

Dans mon sépulcre de putride...

Commenter cet article