Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Wilhelm Leonide Von Goldmund III Jr.

Wilhelm Leonide Von Goldmund III Jr.

Aristocratie du Vide & Sciences Exactes de l'Echec

Publié le par Wilhelm Leonide Von Goldmund III Jr.
L'Alphabet des Mésanges

Chagrin des saules au bouleau poivré, les pendus dégoulinent et le ru frétille, les crottins crépitent au soleil, clignant son marasme. Dans les grandes herbes encore poissées d’ondée, l’adolescence s’écroule, vaincue par les déclinaisons et la perte de la Fraîcheur première. Tout se révèle d’un coup écharpé, échardé, acharné, et ce ne seront pas deux gouttes de rosée sur la joue qui rameuteront les comparses des grimoires poussiéreux. Rescousse de justesse de l’eau opaque, un canard s'ébroue, une canette s’épave, des joncs pisseux rappellent des souvenirs de petits matins arroseurs après l’orgie. La gamine-somnisphère, la grosse gloussante qui baise à deux doigts, les ruisseaux de bière à la cerise et les soufflettes enragées direction Kobaïa ou l’Alabama, le chien qui annonce la marée maternelle, et ces oreilles décollées comme autant de fausses complicités rebelles...

Lorsque l’abîme salue c’est la gale qui se redresse. A trop se déconvenir on ne se couvre plus : la trahison est d’autant plus rêche. Pauvres pisse-droits flingués au poteau de l’indépendance. Les relations publiques sont comme les water-closet, il faut se laver les paluches surtout si c’était la chiasse du voisin.

Les mouvements pédestres acculent le passant dans de grises grues et les « cités contemporaines » germent dans le tiroir des archiducs séminaux. Et Toi, mon Amour, tu n’es même pas encore une idée. Moi, pourtant, j’avais déjà l’Idée d’un Toi, dans le formol des comètes, dans l’absence de brise de l’Ether, souvent copiée, jamais éraflée, prestation bancale au demeurant archivable, et c’est exactement ce que je fais. Les bouteilles de mousse sont comme autant de petites amies qui vous font gondoler l’absurde et réfléchir le Néant. Je n’aurais de cesse de poursuivre ceux qui m’ont trahi, et Dieu, cet escroc frétillant, sait s’ils sont nombreux. Je m’amourache de brumes et de la fumée bleue montant de mes poumons.

Hier, mon ventre m’a rappelé l’ordre des choses : la douleur infernale de l’ombilic mal cicatrisé. J’ai d'abord vu s’épancher l’araignée en un coup suraigu au plexus lunaire, puis les grandes eaux, les vieilles terreurs qui se travestissent dessous les traversins, pour que je plie sous les saccades stomacales et invective qui de droit, mais je n’ai pas faibli : obstiné par l’ire j’ai fait chemin inverse, décomptant mes inusables traumas trop reconnus. Je me suis finalement incliné sous la charge médicamenteuse et j’ai sombré dans le sépia des albumines de biffures canadiennes et islandaises. Mon ventre pesant a rendu l’âme et s’en sont échappées deux colombes : l’une noire-fardeau, l’autre blanche-repos.

Et cette malédiction du vide qui voile chacune de mes décadences internes. J’ai appris hier à quel point j’étais irrémédiablement foutu de l’intérieur des boyaux. Moisi de l’intérieur. Tous mes pores soupèsent le sceau de mes amies vertes d’un soir, où, pour faire frisotter l’après-midi, j’allais gambader dans les champs de pâquerettes de mes souvenirs grand-mèrisés de ravines et d’un cheptel de morilles, véritable escadron du squelette de renard et du couteau strié de sang indexé, et toujours cette pluie intérieure qui érode jusqu’au plus tendre de l’enfance pour que le réel réapparaisse sous une torture conquérante de vains culs. La liane, alors sœur, me transportait d’un bord à l’autre, tandis que maintenant la hyène se percute dans l’hémisphère ajouré de mon cervelet papilloté.

Pauvre cloche, tu n’en sortiras jamais. Cette journée ne fut qu’un rêve abrutissant de benêteries cathodiques et de cocaïne light. Je crèverai de ne pas avoir été plus, et ce pour personne. Mon reflet me balance des purulences au visage et de la graisse dans les moyeux. Je ne pourrai accéder au Bonheur que dans l’entre-deux qui durera à peine une seconde. Amie verte, crache ton jus, et éclabousse-moi de ta ventri-potence. Qui aurait cru que ce timide blondinet aux lunettes timorées allait finir par ressembler aux parrains pour qui seuls prévalent le mal-bouffer et le mal-dormir. La vie n'est qu'un cauchemar exigu qui perce le tempo des ventilateurs et des automatismes. La bagnole suburbaine se soustrait au mutisme par des ajouts fielleux. Vrouuuum ! Boum Boum Boum ! Bien joué, les gars : les couilles dans les soupapes, ça fait toujours fuser le tonnerre dans la tranquillité assoupie des vieilles boîtes aux lettres...

Dans le ventre des mioches ne se dessinent que les patrons de cases à remplir, sans dépasser, sinon c’est invalide, sinon ça ne compte pas : ce qui est différent, on le nie. Un bon conseil : soyez conforme à votre voisin et tout ira pour le mieux... et les freaks, out ! Quand j’essaie de me remémorer ses seins je ne perçois que le chambranle disjoncté d’une cage thoracique anguleuse et prostrée, ouverte sur la rue et le vacarme des engueulades plus ou moins avisées et avinées. Boire jusqu’à me perdre de vue, et choisir pour de bon la seule solution, à savoir disperser mes cendres le long de la Côte des Deux Amants, cette Brokeback Mountain du pauvre. Cela étant, il y a bien pire au monde...

Commenter cet article