Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Wilhelm Leonide Von Goldmund III Jr.

Wilhelm Leonide Von Goldmund III Jr.

Aristocratie du Vide & Sciences Exactes de l'Echec

Publié le par Wilhelm Leonide Von Goldmund

L'idée bouillonne et gronde. Elle a besoin de sortir, d'aller vers l'Autre, à la fois abhorré et adoré. Elle s'élance, immaculée, instantanément pure. Aussitôt, elle est arrêtée par une muraille gigantesque qui semble infranchissable. Dans un effort terrible,...

Lire la suite

Publié le par Wilhelm Leonide Von Goldmund

Quand je marche dans la rue, je n'avance pas. C'est la rue qui glisse sous mes pas. Et les gens avec... Quand je vais dehors, j'ai l'impression de perdre quelque chose. J'ai l'impression qu'on me vole mon espace, ma vie, et mon temps. Pour arranger les...

Lire la suite

Publié le par Wilhelm Leonide Von Goldmund

La pièce crépite dans la marmite. Le ventre gémit, les yeux étincellent. Se nourrir, c'est le secret, et ne pas être seul. Seul, on se mange soi-même, On se perd dans ses dédales. On reste un prisonnier enragé. IL FAUT TROUVER. Mais chercher est si pénible...

Lire la suite

Publié le par Wilhelm Leonide Von Goldmund

Je l'ai déjà dit : la vie, c'est comme un grand jeu de l'oie. Mais livré, évidemment, sans les dés. Pour avancer, il faut tricher... Prépare trop intensément ton prochain mouvement, Et tu as tôt fait de te retrouver en arrière. Au sortir de l'enfance,...

Lire la suite

Publié le par Wilhelm Leonide Von Goldmund

Je flotte dans une mer de coquilles vides. Je suis harassé par le vide de ces coquilles, tué par les infidèles pourfendus. J'accoste dans un bosquet, accroche l’œil au coin d'une feuille, et tourbillonne d'ennui dans le vent. Pour s'embrasser sous les...

Lire la suite

Publié le par Wilhelm Leonide Von Goldmund

Dans toute Haine, il y a ce souffle, cette respiration étonnante et indescriptible qu'on ne peut trouver nulle part ailleurs. Une brise suffocante chargée de torsions scandées, de vides criés, d'implosions hurlées, qui déclenchent une avalanche de détonations...

Lire la suite

Publié le par Wilhelm Leonide Von Goldmund

Au Nord, les fosses craquelées. Elles gigotent, perdues au fond de l'océan. Le sel croque les grains de guimauve et hume la cage amère qui se tient sur ses épaules. Le sel, cette pute des larmes, qui trace des lacs assoiffés sur les joues du pont. La...

Lire la suite

Publié le par Wilhelm Leonide Von Goldmund

Dans les yeux du chat, on voit la Terre qui tourne. Du blanc immaculé au noir le plus profond, On voit l’humanité pathétique à hurler. Il sait, lui, qui nous sommes, Et il sourit dans sa moustache. Il s’est forgé un masque, un stratagème d’un degré supérieur....

Lire la suite

Publié le par Wilhelm Leonide Von Goldmund

Certains ont le fond des yeux tapissé de briques jaunes à la manière d'un Magicien trop osé. D’un sourire ils basculent de l’autre côté. Leurs conceptions sont étonnantes, leurs maladresses font rire, leurs jugements sont enfantins. D’autres ont les yeux...

Lire la suite

Publié le par Wilhelm Leonide Von Goldmund

Ils se lèvent pleins de vide, Et cherchent à se remplir. Au moins un petit peu. Ils ne savent plus très bien qui ils sont, Ni ce qu'ils ont fait. Leurs yeux sont désaxés, Leurs mâchoires saillantes. Leurs dents neuves brillent devant les flammes. Ratatinés,...

Lire la suite

1 2 3 > >>