Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Wilhelm Leonide Von Goldmund III Jr.

Wilhelm Leonide Von Goldmund III Jr.

Aristocratie du Vide & Sciences Exactes de l'Echec

Publié le par Wilhelm Leonide Von Goldmund III Jr.

 

Ils sont compassés de compas calculateurs,

Palpitants écœurés d’une équerre qui écarte

Maçons francs de mes lézardes intérieures

Leurs yeux ploient sous la tâche automate

 

Spécimens harassés, piètres chevaux sans licols

Dans cette époque pliée qui ne veut plus rien dire

Ils trouvent pourtant la force de darder un sourire

Vers le crabe sans coquille, ce fou qui caracole

 

Ces amis sont des abris, sans bus et sans buts

Autres que de faire rissoler ma pitance intestine

Et partager leurs assauts contre l’absence divine

Qui refoule les anges aux portes de son rut

 

Artistes sans œuvres infichus de se vendre

Camés aux cannes cramées par un passé fatal

Amantes aimantées sur l’ardoise du Mal

Et petites fleurettes des champs, promesse tendre

 

Ils tournent le dos à ton ennui, à tes soucis,

Toi qui éreinte la foule et annonce le néant

Depuis ta nuit des temps qui sans cesse rebondit

Des secondes mort-nées… où ils te manquent tant

 

Tu partages leur souffle, leurs victoires et misères

Leur lumière, souvent, suffit à te faire fondre :

Bougie sans plus d’étoile qui mise tout sur sa bière

Tandis qu’eux rêvent de ne plus se faire « tondre »?

 

Le damné Monde fout en l’air leurs idéaux naïfs

Leurs gosses sont incertains de parenté sans femme

Les impôts sur le devenu tombent comme une lame

Guillotine qui circoncit une manne déjà à vif

 

Ils ne sont pauvres, souffreteux que sur l’encart :

Papier gras de la boucherie moderne et ample

Pourtant ils sont les créateurs, ratures du temple

Qui rend l’œil plus clair et la hargne sans fard

 

Ces spectres pixelisés, ces mots désincarnés,

Sont le refus binaire du zéro solitude

Les voix et les pognes se sont tues dans l’ondée

Mais le soleil affleure dans leurs chuchotis rudes

 

Ces camarades fantômes, béquilles de « Pourquoi pas ? »

« Je t’ajoute en ami, on verra ce qu’on verra… »

La Zuckerbergerie veille pour mieux nous ficher

Les profils "sympas" ? Des brebis égarées…    

 

Photo Erik Février

 

Commenter cet article