Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Wilhelm Leonide Von Goldmund III Jr.

Wilhelm Leonide Von Goldmund III Jr.

Aristocratie du Vide & Sciences Exactes de l'Echec

Publié le par Wilhelm Leonide Von Goldmund III Jr.
Revue de poisse (époque qui pique)

Désengagé des drones, dézengazé des hommes

Le fioul absurde remplace les veines caves,

Car ici-très-bas c'est le cœur qui grenade

Le sable hurle dans nos nuits des horreurs "camarades"

Un sud, Total à l'ouest, pense le shrapnel avant de panser l'OM

La mer talonne de biais un plastique d'éternité

Dans un remous triste à crever la fange

Le berceau des dieux est vaincu par les dés

Petit remugle niais qui détrompe les anges

Les peuplades bulldozées s'éteignent dans le vert

D'un dollar athmatique qui rougeoie de coca

Les Smith et les Weston s'empiffrent de burgers

Au comptoir éphémère, casino délaissé

Et le fard des gamins qui jouaient à s'entre-tuer

Devient sirène gueulante de l'écran du mensonge

La pluie, neige de télé, ne lave plus les plateaux

Où les gencives grasses sourient de tous leurs crocs

La liesse est estampillée Dior ou Tati... ou Bonux

Crever en silence sera notre seul luxe

Pour ne plus déranger la fierté des étoiles

Deux yeux rimmelés d'or qui transpirent sous le voile

Le matin, enfariné de crêpe, la langue en patte de velours

Se glisse dans nos nuques folles : sa dot est notre atour

C'est l'espace-minuit qui, chanterelle à mélasse,

S'exhibe d'un string haché de bandes rouges et de strass

Les états conifères des Corleone matois,

Des duchesses borgnes à godemichés gras

Des Bankignoles frontalisées, hospices sans modalités,

Sont les jungles citadines qui crachent les retraités

La foi ? Un manque à gagner sa vie !

Les lois ? A détourner pour se redresser

Dans un espace inquiet de plus :

Nos vies sont des chiffres vacants...

Une voiture ? Pour aller s'encastrer dans le convenu

Avec un permis de chasse du Dahut en bonus ?

Une femme ? Pour aller se castrer dans la fluctuation malingre de sa supériorité

Et en pleurer, sans rimes gauches, en se ribambellant l'âme... pour de faux...

Une guerre ? Dans mon monde, pas de kalach... juste un lâche qui casquette

Un président ? Moutonnier boutonneux, cravaté sirupeux,

Minute de silence-sermon, sentence... alors ferme donc ta gueule et rame !

La queue des cannibales à l'Hyper-Cul ? Oui oui, tsoin-tsoin, c'est pour demain !

Je me désengage, me désengaze le cortex : je ne suis plus chez moi nulle part

CAR PARTOUT EST MON LOGIS !!!

Désincarné crâneur

Crâne d’œuf violé d'humeurs

Pourriture d'esclave au compteur

Gros lard & Pue-la-sueur

Né trop tard,

Sorti pour rien,

Aucun futur,

Pas de demain...

Commenter cet article